Des actionnaires syriens rêvent de l'après-guerre 08/12/15

08/12/15 à 14:26 - Mise à jour à 14:26

En attendant un hypothétique rebond, Mohammad al-Haraki est l'un des derniers à fréquenter la Bourse de Damas qui n'a pas échappé à l'effondrement de l'économie syrienne depuis le début du conflit en 2011.

En attendant un hypothétique rebond, Mohammad al-Haraki est l'un des derniers à fréquenter la Bourse de Damas qui n'a pas échappé à l'effondrement de l'économie syrienne depuis le début du conflit en 2011.

En savoir plus sur:

Trends/Tendances - Entreprisesplus

Trends/Tendances - Politiqueplus

Trends/Tendances - Financeplus

Nos partenaires