En Algérie, des tabous freinent le don d'organes 19/09/17

19/09/17 à 13:01 - Mise à jour à 10:53

En lui offrant un rein, le fils d'Aïcha lui a permis d'en finir avec des années de dialyse. Mais en Algérie, comme chez ses voisins du Maghreb, des patients souffrent ou meurent, faute de donneurs. En cause, des lois restrictives freinant les prélèvements sur les défunts auxquelles s'ajoutent des réticences culturelles ou religieuses.

En lui offrant un rein, le fils d'Aïcha lui a permis d'en finir avec des années de dialyse. Mais en Algérie, comme chez ses voisins du Maghreb, des patients souffrent ou meurent, faute de donneurs. En cause, des lois restrictives freinant les prélèvements sur les défunts auxquelles s'ajoutent des réticences culturelles ou religieuses.

En savoir plus sur:

Trends/Tendances - Entreprisesplus

Trends/Tendances - Politiqueplus

Trends/Tendances - Financeplus

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos