Un nouvel An perse doux amer pour les exilés de Grande-Synthe 23/03/17

23/03/17 à 17:11 - Mise à jour à 16:06

Le tambour résonne sur la scène, les hommes dansent en cercle sous le préau, mais le nouvel An perse a un goût doux amer pour les exilés de Grande-Synthe (Nord), qui rêvent toujours de Grande-Bretagne dans le camp surpeuplé.

Le tambour résonne sur la scène, les hommes dansent en cercle sous le préau, mais le nouvel An perse a un goût doux amer pour les exilés de Grande-Synthe (Nord), qui rêvent toujours de Grande-Bretagne dans le camp surpeuplé.

Trends/Tendances - Entreprisesplus

Trends/Tendances - Financeplus

Nos partenaires