La crise politique en Italie agite les marchés financiers. Sur les Bourses européennes, c'est tout particulièrement les valeurs bancaires qui se voient malmenées. Faut-il suivre le mouvement et réduire son exposition au secteur ?