Désormais, toute entreprise moderne se doit d'entamer - si ce n'est pas déjà chose faite - une vaste réflexion sur la digitalisation de ses activités, entendez la mise en oeuvre des technologies numériques pour transformer et dématérialiser ses processus. " Or tout comme on ne commence pas la construction d'une maison par le toit, la transformation numérique passe d'abord par des fondations solides, à savoir les réseaux de communication performants, stables et fiables ", précise d'emblée Alex Lorette, Director Enterprise Solutions de Proximus. " En fait, le réseau est l'influx nerveux de toute organisation. "

De même, " la récente crise du Covid-19 a démontré que les réseaux de communication n'étaient plus seulement business critical, mais bel et bien mission critical ", ajoute Alex Lorette.

Innovation

Proximus a toujours fait oeuvre de pionnier dans le déploiement de nouveaux réseaux. C'est ainsi que l'opérateur investit depuis de nombreuses années dans la fibre (au départ de point à point, puis partagée) de même que dans le DSL (digital subscriber line permettant une connexion haut débit sur une ligne téléphonique).

Mais désormais, dans le cadre de sa stratégie #inspire 2022, Proximus entend aider les entreprises à poursuivre et accélérer leur digitalisation. " Cette digitalisation doit permettre notamment de migrer les serveurs d'une organisation vers le cloud avec un maximum de sécurité, sachant que désormais, une entreprise belge sur deux est dans le cloud. " De même, elle autorise le travail à distance et la visioconférence (autant d'applications vitales à l'ère du confinement lié au Covid-19), mais aussi l'envoi de fichiers très volumineux. En outre, la digitalisation a un impact majeur sur des secteurs comme la logistique, l'industrie (songez à l'internet des objets notamment), le secteur public (avec les villes intelligentes par exemple), la santé et bien d'autres encore.

Technologies

Pour promouvoir la digitalisation, Proximus poursuivra dans les prochaines années la mise en place de réseaux de type gigabit, aujourd'hui avec des débits de l'ordre de 1Gbit/s, mais demain sans doute à 10 Gbit/s, ceci à des tarifs relativement proches de ceux appliqués à l'heure actuelle pour les solutions de type DSL.

De même, Proximus continue à déployer la fibre optique pour offrir des débits similaires en réception et en envoi, avec des latences (entendez des délais de transmission) de l'ordre de la milliseconde, sans oublier une sécurité maximale. En outre, la fibre est désormais partagée, ce qui permet de proposer des prix extrêmement concurrentiels. A cet égard, l'opérateur a annoncé en juillet dernier avoir signé un accord visant à établir un partenariat avec Delta Fiber en Flandre et Eurofiber en Wallonie, deux partenaires disposant d'une vaste expérience et un savoir-faire pointu dans le déploiement de la fibre. " Notre ambition est de couvrir 70% du pays, soit près de 4,2 millions de foyers et entreprises, d'ici la fin 2028. Nous ambitionnons de réaliser très prochainement plus de 1.000 nouveaux points de connexion par jour ", se félicite Alex Lorette.

Par ailleurs, la société a annoncé en mars dernier le lancement de la 5G pour les transmissions sans fil à haut débit, après avoir été pionnière dans la 3G et la 4G. Promesse d'une bande passante supérieure, d'un débit plus élevé, mais aussi et surtout d'une interconnexion améliorée avec des applis et des machines. A noter que si le projet est en attente au sud du pays depuis avril dernier, le nord en est à sa 3e vague de déploiement, avec plus de 75 communes couvertes en quelques semaines.

" Avec #inspire 2022, notre ambition est de mettre en place un écosystème et de conclure des partenariats afin d'offrir un réseau ouvert et performant. La fibre et la 5G sont le fondement d'une nouvelle ère. Elles offrent aux entreprises une technologie fiable, pérenne et évolutive pour leur permettre de rester compétitives, agiles et innovantes ", conclut Alex Lorette.

Vous souhaitez en savoir plus sur la fibre de Proximus?

www.proximus.be/réseaux

Désormais, toute entreprise moderne se doit d'entamer - si ce n'est pas déjà chose faite - une vaste réflexion sur la digitalisation de ses activités, entendez la mise en oeuvre des technologies numériques pour transformer et dématérialiser ses processus. " Or tout comme on ne commence pas la construction d'une maison par le toit, la transformation numérique passe d'abord par des fondations solides, à savoir les réseaux de communication performants, stables et fiables ", précise d'emblée Alex Lorette, Director Enterprise Solutions de Proximus. " En fait, le réseau est l'influx nerveux de toute organisation. "De même, " la récente crise du Covid-19 a démontré que les réseaux de communication n'étaient plus seulement business critical, mais bel et bien mission critical ", ajoute Alex Lorette.Proximus a toujours fait oeuvre de pionnier dans le déploiement de nouveaux réseaux. C'est ainsi que l'opérateur investit depuis de nombreuses années dans la fibre (au départ de point à point, puis partagée) de même que dans le DSL (digital subscriber line permettant une connexion haut débit sur une ligne téléphonique).Mais désormais, dans le cadre de sa stratégie #inspire 2022, Proximus entend aider les entreprises à poursuivre et accélérer leur digitalisation. " Cette digitalisation doit permettre notamment de migrer les serveurs d'une organisation vers le cloud avec un maximum de sécurité, sachant que désormais, une entreprise belge sur deux est dans le cloud. " De même, elle autorise le travail à distance et la visioconférence (autant d'applications vitales à l'ère du confinement lié au Covid-19), mais aussi l'envoi de fichiers très volumineux. En outre, la digitalisation a un impact majeur sur des secteurs comme la logistique, l'industrie (songez à l'internet des objets notamment), le secteur public (avec les villes intelligentes par exemple), la santé et bien d'autres encore.Pour promouvoir la digitalisation, Proximus poursuivra dans les prochaines années la mise en place de réseaux de type gigabit, aujourd'hui avec des débits de l'ordre de 1Gbit/s, mais demain sans doute à 10 Gbit/s, ceci à des tarifs relativement proches de ceux appliqués à l'heure actuelle pour les solutions de type DSL.De même, Proximus continue à déployer la fibre optique pour offrir des débits similaires en réception et en envoi, avec des latences (entendez des délais de transmission) de l'ordre de la milliseconde, sans oublier une sécurité maximale. En outre, la fibre est désormais partagée, ce qui permet de proposer des prix extrêmement concurrentiels. A cet égard, l'opérateur a annoncé en juillet dernier avoir signé un accord visant à établir un partenariat avec Delta Fiber en Flandre et Eurofiber en Wallonie, deux partenaires disposant d'une vaste expérience et un savoir-faire pointu dans le déploiement de la fibre. " Notre ambition est de couvrir 70% du pays, soit près de 4,2 millions de foyers et entreprises, d'ici la fin 2028. Nous ambitionnons de réaliser très prochainement plus de 1.000 nouveaux points de connexion par jour ", se félicite Alex Lorette.Par ailleurs, la société a annoncé en mars dernier le lancement de la 5G pour les transmissions sans fil à haut débit, après avoir été pionnière dans la 3G et la 4G. Promesse d'une bande passante supérieure, d'un débit plus élevé, mais aussi et surtout d'une interconnexion améliorée avec des applis et des machines. A noter que si le projet est en attente au sud du pays depuis avril dernier, le nord en est à sa 3e vague de déploiement, avec plus de 75 communes couvertes en quelques semaines." Avec #inspire 2022, notre ambition est de mettre en place un écosystème et de conclure des partenariats afin d'offrir un réseau ouvert et performant. La fibre et la 5G sont le fondement d'une nouvelle ère. Elles offrent aux entreprises une technologie fiable, pérenne et évolutive pour leur permettre de rester compétitives, agiles et innovantes ", conclut Alex Lorette.