C'est peu dire que ces 30 derniers jours laisseront un goût amer en matière d'emploi. Toutes ces restructurations auraient-elles pu être évitées ? Est-ce que nous payons aujourd'hui d'avoir laissé filer nos grandes entreprises à l'étranger ? Désormais les centres de décisions ne sont plus en Belgique, ce qui n'est pas sans conséquence pour l'emploi et la gestion au le jour de nos ex-fleurons.