Les transactions ont repris auprès des courtiers belges depuis l'abandon au premier janvier de la taxe sur la spéculation. Un taxe dont les effets s'étaient avérés contre-productifs.