Assurer ses vieux jours, une préoccupation qui touche de plus en plus de Belges. Le Wallon est toutefois nettement à la traîne par rapport au Flamand qui semble mieux se préparer pour ses vieux jours. Interpellant mais tristement normal, selon plusieurs économistes.