La Coupe du monde de football influence-t-elle l'économie des pays participants ? Comme en 2014, la banque ING a tenté de répondre à cette question. Résultat: l'impact est... quasiment nul.

On a vu vendredi qu'il était plus intéressant de louer plutôt que d'acheter un bien immobilier. On va se pencher aujourd'hui sur le cas des crises immobilières. Quelles leçons peut-on en tirer et surtout quelles mesures faudrait-il prendre pour changer la donne ?

Focus ce vendredi sur l'immobilier. Alors, la question ne sera pas de savoir si oui ou non la brique est trop chère dans notre pays, mais plutôt de s'intéresser à la pertinence d'investir dans une maison ou un appartement. Un concept cher au Belge, dont on dit volontiers qu'il a une brique dans le ventre. Et si louer était plus intéressant que d'acheter ? Ou quand on oppose le pragmatisme à l'émotionnel... Est-il intelligent de devenir propriétaire ?

S'il y a bien un impôt peu populaire, c'est bien celui des droits de succession. Un impôt souvent jugé injuste, et qui plus est, fort élevé pour certaines catégories de la population. Le gouvernement wallon a donc décidé de mettre un peu d'ordre en la matière en simplifiant les procédures et en les rendant moins onéreuses.

La nouvelle a été diversement appréciée en bourse ce lundi. Le géant de l'hôtellerie AccorHotels envisagerait d'entrer au capital d'Air France. Une décision stratégique importante, qui n'est pas sans risques. Preuve s'il en est la réaction des investisseurs à Paris.

S'achemine-t-on vers une guerre commerciale avec les Etats-Unis ? La question est sur toutes les lèvres suite à l'instauration depuis ce vendredi d'importants droits de douane sur l'acier et l'aluminium importés d'Europe.

Dès le 1er juin, la banque en ligne Rabobank va augmenter la prime de fidélité de ses comptes d'épargne. Un geste qui n'est pas monnaie courante depuis ces dernières année.

Vendredi dernier nous avons abordé le cas du populisme et tout particulièrement en Italie. C'est pourtant loin d'être le seul exemple où ce courant prend de l'ampleur. On l'a vu avec la Hongrie, mais aussi l'Espagne, voire la France et l'Allemagne. Tour d'horizon de ce phénomène qui va sans doute imposer à l'Europe de repenser ses fondements.

Le populisme prend de plus en plus ses aises en Europe. Si l'on pense en premier lieu à la Hongrie et à Viktor Orban, il ne faut pas oublier le résultat des dernières élections en France, en Allemagne, et bien entendu en Italie où les populistes vont régner en maîtres, ce qui ne manque pas d'inquiéter en Europe, et à juste titre.

L'inquiétude a continué à monter ce mardi en Europe et sur les marchés financiers face à l'évolution politique en l'Italie. Pays fondateur de l'Union et de l'euro, l'Italie a depuis quelques heures un nouveau gouvernement populiste et eurosceptique. Les marchés se demandent dès-lors si la péninsule ne sera pas le prochain maillon faible de la zone euro.

L'hydrogène dans les transports: c'est une manière de rouler propre promise depuis longtemps, surtout par les constructeurs japonais. Des voitures et des trains aussi sont enfin commercialisés.

Le géant de la tech Apple et la banque Goldman Sachs ont décidé de lancer une carte de crédit commune. Une alliance détonante et qui cache des enjeux stratégiques majeurs.

Le patron de Google Sundar Pichai a fait sensation la semaine dernière en présentant Google Duplex, un assistant vocal virtuel capable de prendre un rendez-vous par téléphone à votre place. Une performance technologique bluffante mais qui suscite également de nombreuses questions éthiques et morales.

Quelles seront les retombées chez nous du prochain budget européen ? La Commission européenne a présenté la semaine dernière sa proposition en la matière, à savoir une enveloppe de pas moins de 1.300 milliards d'euros à dépenser pour les années 2021 à 2027.

Nouveau coup de tonnerre ce lundi dans la grande distribution. Le groupe Mestdagh a annoncé la suppression de 450 emplois dans ses magasins intégrés Carrefour Market. Pour faire des économies, le distributeur wallon va renforcer la polyvalence, supprimer la pause payée, introduire l'ouverture le dimanche. Une restructuration qui loin d'être une première dans le secteur.

Cela fait tout juste un an que la chaine de restauration rapide Exki a quitté les Etats-Unis. L'aventure américaine n'aura pas été concluante pour le groupe qui a su néanmoins rebondir. En perte en 2015 et 2016, Exki a renoué avec les bénéfices l'an passé.

Le numéro un mondial du streaming vidéo, l'américain Netflix a, on peut le dire, le vent en poupe. Bénéficiaire, le groupe revendique désormais 125 millions d'abonnés, dont plus de 68 millions hors Etats-Unis. Les marchés locaux sont donc devenus très importants pour Netflix, et le groupe l'a bien compris !

Erreur interne du serveur - LeVif

Malheureusement, la page ne peut pas être affichée. Le serveur connaît un problème temporaire. Réessayez plus tard.