La période de révisions avant les examens de juin arrive à grands pas. Voici quelques conseils à respecter pour booster sa mémoire.

La mémorisation d'un cours ou d'une synthèse ne s'opère pas en claquant des doigts. Tout apprentissage résulte de connexions entre nos neurones qui se construisent biologiquement par la poussée de milliers de ramifications pour au final, former une sorte de réseau électrique transportant les informations.

Pour faire fonctionner ses neurones, la règle d'or est la répétition. Notre mémoire à long terme est composée de deux "bibliothèques" spécialisées pour les mots. L'une permet de retenir l'orthographe (mémoire lexicale), l'autre le sens (mémoire sémantique). Si un étudiant doit apprendre par coeur une liste de définition, on estime qu'il devra répéter un nombre de fois moitié moindre que le nombre de définitions à apprendre. Par exemple, si l'étudiant à vingt définitions à retenir, il doit les répéter dix fois.

Pour éviter le fameux "trou noir" que redoute chaque étudiant en examen oral, il est conseillé de bien ranger ses connaissances. L'étudiant en situation de stress, face à son professeur, n'aura que très peu de temps pour aller retrouver l'information qu'il lui faut. Cette étape se fera au fur et à mesure des révisions. Notre mémoire à court terme va servir à classer nos informations par thème ce qui va permettre à la mémoire à long terme de les classer de manière définitive. Pour faciliter la transition des informations de la mémoire à court terme vers la mémoire à long terme, il est conseillé à l'étudiant de résumer sa matière sous forme de fiches avec des mots-clés. Pas question donc, d'emprunter les fiches ou les synthèses de ses collègues. La réalisation des fiches est elle aussi un très bon exercice de mémorisation.

Attention à certains pièges : on ne peut pas "photographier son cours", même si l'on prétend avoir une mémoire visuelle. Il ne s'agit en réalité que d'une mémoire imagée. Être devant son examen et se remémorer la page de notre synthèse est en réalité le fruit de notre imagination. Les mémoires sensorielles existent bien, mais elles sont éphémères. Elles ne durent qu'un quart de seconde contre deux secondes et demi pour la mémoire auditive.

Les capacités de notre cerveau peuvent aussi être boostées grâce à une alimentation saine et variée. Pour fonctionner efficacement, notre cerveau a besoin de quarante éléments nutritionnels différents. Il consomme à lui tout seul vingt pourcent de notre énergie. En période de révisions et de blocus, il est donc fortement déconseillé de faire régime ou de faire impasse sur le pain (glucose) ou sur les huiles végétales.

D'autres aliments sont également très bons en période de révisions : les habituels fruits et légumes, le poisson (même si rien ne prouve qu'en consommer booste notre mémoire), mais aussi d'autres produits plus originaux tels que le sésame, les noix, les algues marines ou encore les abats. Pour le dessert, le chocolat noir à partir de 70 % de cacao est aussi un très bon stimulant.

Ne vous laissez pas tenter par certains compléments alimentaires vendus en pharmacie pour doper votre mémoire. Aucune étude scientifique n'a encore prouvé leur efficacité.