A la veille de la Grande Guerre, Jean Jaurès, fervent défenseur de la paix, meurt assassiné au Café du croissant à Paris, par un jeune militant nationaliste. Cent ans plus tard, les valeurs humanistes et pacifistes du député socialiste parlent encore aux Français.