Confronté à la crise du PC, Hewlett Packard va supprimer entre 11.000 et 16.000 emplois en plus des 34.000 déjà annoncés dans le passé. L'annonce a suivi la publication des résultats trimestriels décevants du groupe.