Selon la fédération de l'industrie technologique Agoria, 40 à 50 sociétés wallonnes présenteraient le même profil que Caterpillar et seraient donc vulnérables. Ce sont surtout des entreprises qui dépendent de l'étranger et qui n'ont ni département de recherche et développement ni de département marketing.