Au 30 novembre dernier, Actiris recensait 4.694 personnes qui pourraient perdre leur droit aux allocations d'insertion le 1er janvier.