A Gaza, les artistes ne rêvent que de scènes enflammées, mais leur élan se heurte à la réalité: salles et instruments de musique manquent et le Hamas au pouvoir n'autorise quasiment jamais les concerts et spectacles de danse.