Les chefs d'Etats et de gouvernements européens ont fixé de nouveaux objectifs énergétiques et climatiques. Des objectifs jugés trop ambitieux pour les consommateurs industriels d'énergie. Les écologistes européens, eux, pointent le manque d'ambition de l'accord.