Grâce à un programme d'aide à la création d'entreprises, le flot des jeunes Algériens poussés au départ par les violences et une situation économique désastreuse commence doucement à se tarir et des exilés sont même tentés par un retour au pays.