Chaque jour, ils sont plusieurs dizaines à poinçonner un billet sans retour pour l'Europe à partir d'Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, car l'Irak est devenu pour eux un pays "sans avenir".