Après 38 ans de règne sans partage, José Eduardo Dos Santos cède la place de président de l'Angola à son dauphin, Joao Lourenço, élu avec 61% des voix le mois dernier. Il lui laisse une économie en berne, à cause de la chute des cours du pétrole mais aussi du népotisme au sommet de l'Etat.

Erreur interne du serveur - LeVif

Malheureusement, la page ne peut pas être affichée. Le serveur connaît un problème temporaire. Réessayez plus tard.