Les jeunes animaux allaités reçoivent des anticorps dans le lait maternel. Lorsqu'ils passent à l'alimentation solide, leur propre immunité n'est pas terminée et les rend vulnérables aux infections. Spécialisé dans cette phase du développement animal, Animab, une spin-off de l'Institut flamand pour la biotechnologie a développé des anticorps... comestibles.