La Réserve fédérale américaine a finalement résisté à la pression de Donald Trump en annonçant hier soir une nouvelle hausse des taux d'intérêt, tout en prenant acte que la croissance ralentit et que l'inflation est loin de s'emballer. Une lecture de la conjoncture qu'ont très mal digéré les marchés financiers.