Deux membres du "commando des terrasses" du 13 novembre s'étaient cachés dans leur immeuble de Saint-Denis. Réveillés par un déluge de feu, blessés par les balles de la police puis menacés d'expulsion, trois sans-papiers viennent d'être régularisés mais attendent encore d'être reconnus comme victimes.

Erreur interne du serveur - LeVif

Malheureusement, la page ne peut pas être affichée. Le serveur connaît un problème temporaire. Réessayez plus tard.