A Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, on sirote des cafés en terrasse, on va au restaurant sans se soucier des attentats et, plus révélateur encore du gouffre qui la sépare du reste de l'Irak, on croise énormément d'investisseurs étrangers prêts à y vivre.