Un accord a été trouvé mercredi soir au niveau européen. A partir de 2016, ce ne seront plus les contribuables mais les actionnaires et les grands créditeurs qui voleront au secours des banques en difficulté.