Les enfants en sont fous : bleus, verts ou roses fluo, les bracelets en élastiques à tisser soi-même envahissent les cours de récré depuis le printemps et se vendent comme des petits pains. Au point que les commerçants ont du mal à faire face à la demande.