Entre un report court du Brexit au 30 juin réclamé par la Première ministre britannique Theresa May, et un report long à la fin de l'année - voire à un an - auquel s'est opposée la France, les dirigeants des Vingt-Sept ont coupé la poire en deux en proposant la date du 31 octobre à la dirigeante britannique, qui l'a acceptée.