Devant le Parlement européen, le président de la Commission européenne a estimé que le risque d'un divorce sans accord était désormais très réel. Un avis partagé par de nombreuses entreprises, au premier rang desquelles Eurotunnel.