C'était une promesse, un devoir, comme une évidence. Cent ans après le massacre de ses grands-parents arméniens, Gérard Bodigoff a fait le voyage dans leur pays d'origine, la Turquie, pour honorer leur mémoire et, aussi, nourrir l'espoir d'une réconciliation.