"Avant, il pleuvait régulièrement, la récolte était bonne. Aujourd'hui, c'est complètement différent", se désole Amor Slama, un oléiculteur tunisien de 65 ans dont la famille possède quelque 125.000 pieds d'oliviers sur 230 hectares à Mornag, au sud de Tunis.

Erreur interne du serveur - LeVif

Malheureusement, la page ne peut pas être affichée. Le serveur connaît un problème temporaire. Réessayez plus tard.