Sous un soleil de plomb, ils sont des dizaines de jeunes travailleurs à se tuer à la tâche dans une carrière de sable à Brazzaville pour quelques euros par jour. Un travail de forçat qui est pourtant l'une des rares alternatives au chômage endémique au Congo.