Alors que les audiences explosent, les annonceurs ont freiné, voire stoppé leurs investissements. Résultat, les revenus publicitaires dégringolent. Un paradoxe qui n'est pas sans conséquence pour le paysage médiatique belge.