Les eurodéputés se sont prononcés à une courte majorité en faveur d'un texte freinant le développement des biocarburants "première génération". Le texte plafonne notamment leur utilisation à 6% dans les transports et introduit la notion contestée de "changement indirect d'affectation des sols", aussi appelée ILUC.