Ils ont connu l'exil et les discriminations. Les Tatares de Crimée représentent 12% de la population en Crimée, ils craignent de repasser sous tutelle russe et ont décidé de boycotter le référendum du 16 mars prochain.