Chaque jour les Vénézuéliens déboursent des millions de bolivars pour payer leurs fruits, le riz ou la farine de maïs mais la majeure partie d'entre eux sont sans-le-sou et peinent à boucler leur fin de mois.