Dans la ville de Solo comme ailleurs en Indonésie, des millions d'électeurs à la présidentielle de juillet misent sur Joko Widodo, appelé aussi Jokowi, un nouveau venu sur la scène politique nationale vu comme un "homme providentiel" après une ascension fulgurante.