Dans la capitale, une majorité des livreurs Deliveroo ou Uber Eats seraient des travailleurs sans-papiers. De jeunes hommes entre 18 et 30 ans, utilisant de faux comptes pour subvenir à leur besoin.