Une semaine après la fusillade qui a décimé sa rédaction, le journal satirique, cible des islamistes pour avoir caricaturé le prophète, a dessiné en une un Mahomet en pleurs, qui proclame "Je suis Charlie", le slogan des manifestants de dimanche pour la liberté d'expression. Partout en Europe, les caricaturistes se montrent solidaires.