Chez les journalistes, Ebola fait parfois plus peur que la guerre: les rares qui acceptent de partir en Afrique couvrir l'épidémie doivent non seulement gérer sur place leur peur du virus mais aussi, au retour, la pychose de collègues et amis qui les évitent et la peur de contaminer leurs proches.