Pour Viktor Orban, le Premier ministre hongrois, la Commission européenne aurait franchi une ligne rouge avec le sixième paquet de sanctions. Dépendante à 65% du pétrole russe, la Hongrie voit en effet d'un très mauvais oeil l'embargo sur le pétrole, proposé par Ursula von der Leyen.