Classes surpeuplées, programmes vieillots et locaux décrépis: en Egypte, les familles s'en remettent au privé, devenu un véritable système d'éducation parallèle, pour pallier les insuffisances de l'école publique, parent pauvre des politiques gouvernementales et incapable de faire face à l'explosion démographique.