Mahnaz a divorcé après s'être mariée trop tôt, le résultat selon elle de la pression d'une société iranienne conservatrice qui favorise le mariage mais qui oublie l'essentiel: l'amour. Son cas est loin d'être isolé en Iran, où le taux de divorce a atteint un record (21%) l'année dernière.