Dans un petit local à Damas, Mohamed Abdallah parfait délicatement un cadre en bois avant de l'incruster de nacre: la guerre l'a obligé à abandonner son atelier de marqueterie et comme des milliers d'artisans syriens, il juge son métier menacé.