Après de nouvelles violences meurtrières entre bouddhistes et musulmans en Birmanie, Facebook, porte-voix involontaire d'un discours de haine qui prend de l'ampleur, est désormais sous surveillance.