Un petit groupe d'étudiants damascènes a créé une page Facebook suivie aujourd'hui par plus de 300 000 personnes pour recenser le nombre de tirs de mortier qui tombent sur la capitale et surtout leur localisation.