Dans la gigantesque favela de Rocinha à Rio, être facteur s'apparente à jouer les détectives. Le cadastre s'affine et la sécurité s'est améliorée depuis que l'Etat a repris le contrôle de ce quartier, dans la perspective du Mondial de 2014 et les JO de 2016. Mais 70% du territoire n'existe toujours pas aux yeux du service public.