L'Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire a donné son accord pour la redémarrage de Doel 3 et Tihange 2, estimant qu'Electrabel a répondu aux exigences de sécurité de manière satisfaisante. Greenpeace critique cette décision.