Le gouvernement a vanté mercredi les réductions de dépenses "sans précédent" inscrites au budget 2014, pour tenir l'objectif d'un déficit sous les 3% fin 2015, "assumant" une fiscalité très favorable aux entreprises au détriment des ménages.