Quatre ans après l'accident nucléaire de Fukushima, plusieurs zones encore contaminées sont susceptibles de bientôt rouvrir dans la région sinistrée. Mais la population hésite à revenir.