Visiter les vestiges d'une partie sombre de l'histoire. C'est le concept du "Dark tourism" qui touche aujourd'hui les zones sinistrées de la préfecture de Fukushima au même titre que Tchernobyl ou Hiroshima.