"On allait mieux il y a un an: le monde entier se préoccupait de Gaza alors qu'aujourd'hui, tout le monde s'en fout!". Dans sa maison éventrée par les chars israéliens, Rabah ne décolère pas car rien n'a changé depuis la guerre de l'été dernier, ou alors "pour le pire".